Extension du domaine de la lutte

Une amie et collègue m’a recommandé Extension du domaine de la lutte : « Tu verras, ça se lit en un après-midi. Il dit des choses très vraies. Ca rejoint ce que l’on vit toi et moi. »

Bonne élève, j’ai lu, en une journée.

Si l’auteur présente ce livre comme un « roman », il est plus proche de la nouvelle et de l’essai, en raison de sa brièveté et des argumentaires structurant cet ouvrage.

A l’image de la vie du protagoniste, l’auteur alterne des passages simples ou difficiles à lire, dans une langue fluide ou confuse.

Michel Houellebecq dénonce des phénomènes sociaux réels : déshumanisation, solitude – même pour les jeunes -, hypersexualisation, absurdité de l’administration,… Néanmoins, il n’y a pas besoin d’être un génie pour mettre en lumière de tels truismes : oui, beaucoup de cadres font un travail inutile, oui, l’activité sexuelle est devenue un élément indispensable pour valider votre identité sociale, etc

Un livre sombre et négatif, à lire si vous voulez vous sentir d’humeur chagrine.

Lecture en un jour.
Difficulté moyenne à lire.
Document daté des années 2000, toujours d’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *