La traversée de Alain Vircondelet

latraversee

Alain Vicontelet, fils de Pieds-Noirs, se remémore La Traversée. Les souvenirs vont et viennent, fatals, tous liés par cette ineffable douleur de l’exil.
A l’image de la spirale dans laquelle l’auteur et ses comparses sont happés, Alains Vicontelet se souvient, et mêle ses impressions, les événements, les questions en boucle, comme il a pu le faire sur le bateau.
Cerné par deux peuples qui lui furent hostiles mais qu’il adorait, l’auteur, bon bougre, essaie de dépasser sa douleur.
Ce livre m’a beaucoup appris sur l’Algérie. C’est un excellent livre d’initiation à ceux qui cherchent à la fois des repères historiques et humains sur ce drame de l’été 1962. La lecture est facilitée par cet équilibre parfait entre les impressions personnelles d’Alain et l’Histoire.
Grâce à ce livre, j’ai mieux compris combien la posture de la France fut lâche par rapport à ses enfants d’Algérie et combien furent cruels les dits révolutionnaires épris de liberté.
Un beau livre, très mélancolique qui m’a décillé les yeux.

 

A tort ou à raison, on s’était cru « les premiers hommes », comme disait Albert Camus, nés dans l’innocence d’une terre qui répandait ses dons à l’aveugle, dans une abondance biblique, sous un soleil sans partage. La mer, les joies de la plage étaient vécues comme des moments de rédemption et de salut, qui nous connectaient avec le divin, avec l’essentiel des choses à vivre. Mais l’élan avait été brisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *