Un homo dans la cité: vaut mieux déménager!

un homodanslaciteBrahim Naït Balk, animateur sportif, nous livre son témoignage émouvant d’homosexuel d’origine maghrébine.
Né à St Etienne dans les années 80, Brahim est l’ainé d’une fratrie de sept enfants. Il grandit avec le sentiment d’être différent de ses frères et amis, pour qui la virilité (le machisme ?) est une valeur affirmée.
Alors Brahim s’introverti, se cherche et peu à peu s’initie en secret à l’homosexualité. Il commence une double vie, facilitée par un déménagement en banlieue parisienne, d’abord à Asnières, puis à Aulnay sous Bois, dans la cité des trois mille.
Si Brahim cache ses incartades homosexuelles à sa famille, ses voisins, une meute d’hommes désœuvrés, comprennent intuitivement la différence de Brahim.
Ils le harcèlent et font montre de leur bestialité la plus écœurante. Au bout de sept ans, Brahim déménage à Sèvres, où il s’investit dans un nouveau poste d’animateur. Mais là encore, le cauchemar continue : intolérance, violence, nuit obscure de l’âme,…
Brahim évoque ici les difficultés multiples des homosexuels maghrébins : intolérance de l’entourage, difficultés à dialoguer avec sa propre famille et surtout malaise et culpabilité par rapport à son identité…

Malgré quelques poncifs et appels mièvres à la tolérance – modernité oblige – on ressort plus instruit de ce livre. Mais on n’a toujours pas de solution à donner à un homo qui voudrait aller vivre dans la cité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *